En naviguant sur ce site vous acceptez que nous utilisions des cookies pour mesurer notre audience, vous proposer des fonctionnalités sociales, des contenus et publicités éventuellement personnalisés.

Psychanalyse à Montreuil


Pour dire ce qu'est la psychanalyse, je vais emprunter cette célèbre allégorie de la caverne que le lecteur pourra, s'il le souhaite, consulter dans les œuvres du philosophe Platon, livre VII de La République.

Dans une demeure souterraine, en forme de caverne, des hommes sont enchaînés. Ils n'ont jamais vu directement la lumière du jour, dont ils ne connaissent que le faible rayonnement qui parvient à pénétrer jusqu'à eux. Des choses et d'eux mêmes, il ne connaissent que les ombres projetées sur les murs de leur caverne par un feu allumé derrière eux. Des sons, ils ne connaissent que les échos. Que l'un d'entre eux soit libéré de ses chaînes et accompagné de force vers la sortie, il sera d'abord cruellement ébloui par une lumière qu'il n'a pas l'habitude de supporter. Il souffrira de tous les changements. Il résistera et ne parviendra pas à percevoir ce qu'on veut lui montrer. Alors ne voudra-t-il pas revenir à sa situation antérieure ? S'il persiste, il s'accoutumera, il pourra voir le monde dans sa réalité. Prenant conscience de ''sa condition antérieure'', ce n'est qu'en se faisant violence qu'il retournera auprès de ses semblables. Mais ceux-ci, incapables d'imaginer ce qui lui est arrivé, le recevront très mal et refuseront de le croire : "Ne le tueront-ils pas ?"
 
Il s'agit, pour l'auteur de ce texte, de faire savoir que ces prisonniers, ce sont les humains. Ils sont prisonniers des ''apparences''. En les identifiant à ''la'' réalité qui serait co-extensible à l'expérience de leur perception et de leurs sens, considérés comme sans failles, je dirai, sans ambiguïté et sans équivoque. Pour la psychanalyse, il va être question de rendre possible et éclairante, au travers du dire, de la parole, une vérité qui s'écrit au travers de l'équivoque et de l'ambigu dans le discorps de la personne qui parle. Ainsi, cette discorps-dance sera en mesure de faire émerger le désir du sujet, rien de commun avec l'envie, non pas comme une illusion de plus mais comme constituant l'être de la personne.

S'engager dans ce ''chemin'', c'est prendre le risque de la surprise et de l'étonnement.
 
Christian Cervera
à Montreuil
      tableau rené magrid2
                               
                                Le Thérapeute - René Magritte

Les petits +

Orientation freudienne et psychanalytique

 

Aujourd'hui

C°min

C°max