En naviguant sur ce site vous acceptez que nous utilisions des cookies pour mesurer notre audience, vous proposer des fonctionnalités sociales, des contenus et publicités éventuellement personnalisés.

Psychologue et psychanalyste
à Montreuil

J'interviens en tant que psychologue clinicien, accrédité par l'agence régionale de santé, et psychanalyste dans la ville de Montreuil, en Seine-Saint-Denis (93). À votre écoute, je propose des thérapies individuelles dans mon cabinet afin de vous permettre d'affronter vos anxiétés, stress ou encore dépression. Celles-ci peuvent se présenter sous formes de crises d'angoisses dont l'intensité peut varier et augmenter jusqu'a empêcher la personne de poursuivre une vie sociale et amoureuse harmonieuse, en accord avec ses références morales, idéologiques, spirituelle.  que vous soyez adulte ou adolescent. On retrouve dans tous les dysfonctionnement de la personne des éléments, des évènements que le sujet a construit et élaboré dans la petite enfance et qui à l'occasion d'une ''rencontre'' vont s'articuler autour de ces traces oubliées mais bien réelles. 

Le premier entretien est donc un temps très important, c'est le moment, au delà d'une appréhension inévitable pour qui n'a jamais fait  une telle démarches, d'adresser à un ''inconnu''son désarroi, sa souffrance et les effets de cette souffrance. Il y sera aussi au terme du rendez vous convenir d'une orientation, du nombre de rencontres hébdomadaires et du montant de ces séances. J'insiste, ces choix se prennent à deux il ne saurait en être autrement.
La première rencontre est donc sans demande de paiement. 

Mon parcours

Un historique de mes activités...

En 1981, j'obtiens mon D.E.S.S. de psychologue clinicien, ce qui correspond à un Master II actuel. De 1981 à 2011, j'exerce la fonction de psychologue clinicien  dans un foyer d'hébergement pour adultes handicapés. Ce fut un travail riche d'enseignements, tant sur le plan intellectuel que dans le relationnel avec ces personnes. A partir de 1997, je collabore comme psychothérapeute avec une institution qui m'adresse des jeunes gens et jeunes filles dans la cadre d'un suivi psychothérapeutique à mon cabinet. C'est aussi un travail institutionnel.

En 1978, je m'adresse à une psychanalyste pour effectuer une cure analytique qui va durer 10 ans, à raison de deux à trois séances hebdomadaires. Puis, trois ou quatre années plus tard, je reprendrai ''le chemin du divan''.
Depuis de nombreuses années, par obligation déontologique et éthique, je suis en ''contrôle'' bi-hebdomadaire pour rendre compte de ma pratique de psychanalyste auprès d'un analyste de mon choix.

Enfin, pour être en conformité avec la loi dite ''loi Accoyer'', j'ai demandé et obtenu l'accréditation de l'Agence Régionale de Santé pour la pratique de psychothérapeute.

Entreprendre un ''travail'' n'est pas chose simple, s'y tenir ne l'est pas plus. Cela demande du temps, de l'énergie et coûte quelque argent, il ne saurait en être autrement... Cela se discute lors des premiers entretiens qui sont faits pour cela. S'approprier sa parole et la questionner n'est pas chose facile. Consentir à entendre ce qui s'y indique et ne pas s'en laisser conter ne va pas de soi. Tout énoncé est équivoque et ambigü, pas un énoncé ne résiste à cette ''vérité'' et c'est aussi de cela qu'il s'agit, de vérité qui concerne le sujet qui parle, la personne. La langue, et donc la parole qui s'y colle, n'est pas un ''outil'', c'est, comme le disait Lacan, ce qui FAIT L'HOMME.

Les humains passent leur temps ''à se raconter'' des histoires auxquelles ils adhèrent puisqu'ils sont convaincus, et on les y aide farouchement, qu'ils SONT ces histoires, qu'elles les constituent en tant que sujet. La liberté du sujet parlant est précisément  dans la subversion de cet imaginaire ravageant qui produit parfois d'énormes dégâts.
Pour ma part, il est hors de question de donner des conseils de quelque ordre que ce soit et d'orienter le trajet d'une personne en lui suggérant ''le bon choix''. Tout le monde sait où ce genre de pratique mène... un renforcement de l'aliénation de la personne aux imaginaires parentaux et sociétaux dont nous sommes les objets et dont il est question, dans une thérapie, de se dépendre pour s'orienter vers un trajet qui ne soit pas ''du semblant''. Il s'agit de constituer un récit, le sien, qui ne soit plus fondé sur le seul registre de l'imaginaire et de ses productions aliénantes.
Christian Cervera

Les petits +

Orientation freudienne et psychanalytique

 

Aujourd'hui

C°min

C°max